Bienvenue sur le blog de « Le nom de la rose »

Le nom de la rose vous accueille au coeur de la cité médiévale de Moncontour, pour un moment convivial, d’échanges et de découvertes.

Découverte des produits du terroir,

Découverte des confitures selon des recettes anciennes :

DSCF2837

  • Confiture à l’orange d’après Nostradamus,
  • Confiture au pétale de rose de Provins,

Découverte de savons historiques et savons bio,

  • Fabrication française selon des procédés bio.

Découverte des épices et plantes aromatiques connus au Moyen Age :

  • Hysope, aromate à la saveur entre la menthe et le thym,
  • Nigelle, poivre médiéval,
  • Ail des ours,
  • Maniguette, la graine de paradis,
  • Sels de l’Himalaya, sel bleu de perse, sel pyramidal,…
  • etc,…

Et bien sûr les épices pour Hypocras

***

Le nom de la rose vous propose également des livres thématiques notamment sur ;

  • La Bretagne, l’histoire, les arts, la cuisine, les plantes aromatiques et médicinales, etc…

Ainsi que de nombreux objets de décoration ; pots en grès et assiettes, tableaux et lithographies.

DSCF2812

Sans oublier les enfants avec des livres, des coloriages et des jouets en bois et l’univers des fées.

Vous pouvez venir nous rencontrer à partir du 09 décembre 2015.

Et dés à présent nous laisser un message au 06 79 25 98 37

ou par email : martine.gazangelle@sfr.fr

Publié dans Objets de décoration | Laisser un commentaire

A savourer avec modération, l’hypocras

Pendant le Moyen Age, la boisson la plus répandue est le vin mais sa qualité est médiocre et sa conservation n’est possible que par l’ajout de miel, de fruits rouges.

  • Le Moretum est connu depuis l’Antiquité comme un mélange de vin rouge, de miel, d’épices et de fruits rouges. C’est le vin des moines, présent à toutes les fêtes et cérémonies.

A partir du XIIème siècle, les croisés rapportent de leurs voyages de nouvelles épices médicinales, la symbiose du vin d’Occident et des épices médicinales d’Orient donnent naissance à l’Hypocras.

  • L’Hypocras était servi dans la plupart des banquets comme apéritif ou digestif. Il était alors offert comme présent de valeur, au même titre que les confitures.

Préparation :

L’hypocras est un vin sucré avec du miel, à raison d’environ 200 g pour 3 litres de vin, dans lequel on fait macérer des épices dites « royales » ;

–          La cannelle  pour ces vertus « anti coup de froid »,

–          La cardamome, le galanga et le gingembre sont des « dopants naturels »,

–          Le clou de girofle est un « anti douleur »,

–          Et la muscade est un « anti déprime ».

Le sucre, ramené par les Croisés, est alors considéré comme un médicament, il remplace le miel dont l’usage, moins noble, est réservé au peuple.

Le nom de la rose vous propose des sachets d’épices prêt à l’emploi

pour une préparation originale (à savourer avec modération)

Publié dans Un monde d'épices | 3 commentaires

Moncontour, une cité de caractère

Au croisement de deux rivières et d’un site naturel rocheux, Moncontour de Bretagne s’est entourée d’une ceinture de remparts au XIIIème et XIVème siècle pour la défense de Lamballe, capitale du Penthièvre.

  • Cette histoire tourmentée de plusieurs siècles prit fin en 1626 avec le démantèlement par Richelieu d’une partie des tours d’enceintes dont il reste 11 des 15 tours. (château de Moncontour)

vacances 2010biss 114A la fin du Moyen Age, Moncontour s’engage dans la production et le commerce d’une toile de lin et de chanvre, la Berlingue qu’elle exporte vers l’Europe et les Indes. La place de Penthièvre, les rues du Temple et des Dames gardent encore aujourd’hui le témoignage de cette époque de prospérité.

A chaque étape de son histoire, Moncontour témoigne d’un dynamisme qui aujourd’hui encore se manifeste avec un tourisme culturel en plein essor (les plus beaux village de France).

Vallons, bois, rivières, faune et flore rendent le séjour moncontourais des plus agréables, saisissant contraste avec le passé belliqueux de cette redoutable place forte du Penthièvre.

flyer pour blog

Publié dans Objets de décoration | Laisser un commentaire

Petite histoire du savon

– De l’invention à la démocratisation du savon

Le savon est aujourd’hui utilisé quotidiennement par la plupart des habitants dans le monde. La place essentielle qu’il occupe  dans notre société résulte d’une série de faits historiques qui prennent place durant les deux derniers millénaires.

DSCF2810Il est impossible de fixer la date de naissance du savon avec précision. Les premières traces du savon remontent entre 4 500 et 3 500 ans avant J.-C., en Mésopotamie. On doit son invention aux  Sumériens qui fabriquaient une pâte savonneuse à base de graisse animale, telle que la graisse de porc, et de carbonate de potassium.

Un millénaire av. J.-C., la ville d’Alep, au nord-ouest de la Syrie fabrique un savon, aujourd’hui renommé, dit « savon d’Alep ». Pour élaborer ce précieux savon les maîtres savonniers d’Alep utilisent l’huile d’olive locale et de la soude végétale mais ils  ajoutent dans leur composition un ingrédient supplémentaire : l’huile de baies de laurier.

Une histoire à suivre avec les savons naturels de la 

Savonnerie La mésange bleue et à Moncontour, Le nom de la rose …

Publié dans Objets de décoration | Laisser un commentaire

Petite histoire des confitures.

Les confitures son apparues en Europe assez tardivement. Et pour cause, cas leur fabrication requiert du sucre, pratiquement inconnu en Europe jusqu’à l’époque des Croisades.

  • La cuisine romaine connaît déjà les fruits confits au miel, et depuis les expéditions d’Alexandre le Grand on a entendu parler en Europe du  » roseau qui donne du miel sans le secours des abeilles ».

Mais cette substance à demi mythique comme le miel, sont beaucoup trop chers pour être de consommation courante.

  • Par ailleurs, si le goût du sucré existe déjà à cette époque, il ne prend pas forcément les mêmes formes qu’aujourd’hui. Les repas aristocratiques composés de viande au goût aigre-doux rendent les desserts et les sucreries séparées moins nécessaires. Quant au peuple, il ne mange ni sucreries, ni fruits : les légumes, qui poussent dans la terre, sont considérés comme une nourriture appropriée à son statut social. Les fruits au contraire, qui pousse hors de la terre, et à plus forte raison les fruits d’arbres, sont réservés pour des raisons symboliques, à la noblesse.

C’est le contact avec le monde arabe qui fait découvrir le sucre à l’Europe, et avec lui les confitures, les « letuaires », comme on disait à l’époque.

  • Pourtant ce n’est pas en tant que douceur qu’elles se font une place, mais en tant que médicament. Le mot letuaire, du latin « eleucterium », signifie « médicament à lécher » et pendant tout le Moyen Âge on fabrique des confitures pour cet usage : c’est en tant que médecin que NostradamusAfficher l'image d'origine rédige un traité sur les confitures et c’est pour des raisons de santé que Gargantua termine toujours ses repas avec de la pâte de coings.

Les premières mises en garde contre le sucre au début du XVIIe siècle ne changèrent pas grand-chose au succès de leurs productions.

  • A l’époque, le mot « confiture » désigne à la fois les fruits au sirop, les fruits confits, les bonbons et les fruits cuits au sucre ; c’est seulement au XIXe siècle qu’on le limite à ce dernier cas de figure.

L’essor des confitures est aussi lié au remplacement du sucre de canne par le sucre de betterave, cultivé sur place donc nettement meilleur marché. C’est à ce moment que le sucre devient de consommation courante, permettant le développement d’une industrie des confitures, et la généralisation de la fabrication maison.

Le nom de la rose vous invite à poursuivre cette découverte gourmande à Moncontour avec des confitures réalisées

selon des recettes anciennes (Confitures insolite et tradition)

Publié dans confitures | Laisser un commentaire

Passion du livre

Le nom de la rose vous fait partager sa passion du livre, du « beau livre », du livre d’art pour toutes les générations et particulièrement sur les  thèmes suivant ;

DSCF2811

DSCF2704

 

 

 

 

 

 

  • La Bretagne,… incontournable, bien sûr !
  • L’Histoire… médiévale mais pas seulement,

DSCF2810

  • Les Arts: Peinture, Sculpture, Musique, mais aussi les arts populaires avec le travail du potier avec le grès, l’argile, les faïences,….
  • La Cuisine… bretonne mais pas seulement ,
  • Les Plantes médicinales et aromatiques, découvrir les vertus des plantes, des épices et connaître leur histoire.

 

Malgré le développement du « numérique », le plaisir de la lecture restera un plaisir sensuel;

  • le contact de l’objet, sa vue, son odeur….
  • le livre « papier » a encore de beaux jours devant lui!

DSCF2703

Publié dans Livres | Laisser un commentaire

[RE]HABITONS/[RE]UTILISONS

Du 27 mai au 30 juin 2014, Moncontour a accueilli le travail des étudiants de l’école d’architecture de Rennes à travers l’exposition [RE]HABITONS/[RE]UTILISONS.

Ce projet Hyper-situations soumet à l’analyse des situations de crises qui émaillent l’actualité et qui posent des questions d’aménagement des territoires et interrogent la posture de l’architecte.

DSCF2569

Le studio de projet de Catherine Rannou et Eric Hardy architectes qui propose l’analyse de territoires en situation de crise ou scénarisés en crise, crise en matière d’aménagement urbain, contexte social difficile, environnement physique.

DSCF2565

Pour la deuxième année consécutive, le cadre des projets du studio est celui des bassins versants de la baie de Saint-Brieuc, dans le secteur de la ville de Moncontour.

La construction de ces territoires tant paysagère, sociale, économique que culturelle, est fortement liée à la filière agro-alimentaire et ses spécificités régionales.

DSCF2567

Pendant un mois, Le nom de la rose a mis à disposition de l’école son espace pour ce projet Hyper-situations.

Publié dans Expositions temporaires | Laisser un commentaire